Le conseil national Fédéral de la FNAA,  réuni en session ordinaire,  le 15 novembre  2014 au complex international de la jeunesse  à Bouznika, a decide à l’unanimité de ses membres de rendre publique les decisions prises  à l’issue de cette reunion. A signaler que  le débat sur certains points soumis à l’ordre du jour font suite aux travaux des réunions precedentes, à Rabat le 9 novembre 2013 et à Marrakec le 25mai 2014.
Sur le plan regional et international:
Nous nous engageons dans la dynamique militante en afrique,du nord et au Sahel et nous continuerons à agir et à dévoiler les actions menées par les régimes anti démocratiques dans notre région.
Les amazigh continueront à se batter contre toutes les forms de descriminations tant que les droits des imazighen seront ignoré dans les pays de l’afrique du nord- Tamazgha. Le peupls amazigh de l’azawad, ,en Tunisie et en Libye, reste ignoré par les états sucessifs.
Le combat du peuple Curde en Syrie, en Irac, en Turquie et en Iran est un combat pour la liberté et la démocratie. Dans l’idépendance le peuple Kurde  contribuera d’avantage à la paix dans un moyen orient menacé par la barbarie de l’organisation de l’état islamique DAECh.
Les  régimes islamiques au moyen Orient continuent de militariser la region en armant et en fininçant des milices qui cherchent à imposer par la force une nouvelle dictature criminelle.
Au niveau Nationale
– Nous constatons l’absence d’une réelle volonté politique de la part du gouvernement dans le sens de satisfaire les revendications légitimes des amazigh au Matoc. La declaration du chef du gouvernement disant, que: “tout ce qui est lié à l’amazighité relèverait de sphères de pouvoirs qui le dépassent”; une telle declaration; est un non sens!  Nous considérons que le gouvernement qu’il preside est de ce fait à l’ncontre de ses propres engagements et qu’il s’oppose à la constitution du pays .

Le gouvernement Marocain  cherche à satisfaire les exigencies de la banque mondiale dans la gestion des politiques publiques au lieu de render compte de budjets énnormes des prets et de subventionso ctroyés qui sont dépensés dans des projets sans retombées visibles sur le niveau de vie des citoyen si non celui d’enrichir les riches en appauvrissant encore plus les pauvres.

Nous constatons la poursuite de la politique qui consiste à déposséder les amazighs de leur terre en utilisant les meme procédures héritées du régime colonial français et qui vise l’apporvissement des amazigh par l’impot obligatoire et l’expropriation des terres de tribus à force de décrets coloniaux qui tombent d’en haut.

Les augmentations successifs qui touchent les necessités de base comme l’eau et l’éléctricité s’ajoutent à une baisse de niveau de vie de millions de citoyens qui commencent à manifester partout leur collère contre la politique menée par le gouvernement.

Le gouvernement en place, dans sa gestion de la caisse de retraite, à chosit de mener  sa réforme contre l’interret des employés et des fonctionnaires sans avoir le courage et l’honnenneté de traduire en justices les résponsables de la faiilite qui coutera des milliards au contribuable.

Les atteintes au droit de rassemblement et  de manifestation sont récuerrentes. La liberté et l’indépendance des associations ne sont pas respectées dans notre pays.

Le gouvernement ne fait aucune place dans ses politiques publiques à l’amazighité qui se trouve forcement exclue des budgets de l’état. De ce fait, le racisme et la xénophobie continuent à s’exercer au mépris des fondements même de notre identité amazigh.

Le nouveau decoupage en 12 regions, élaboré selon  des considérations plutôt administratives, ne tient pas compte de liens Historiques , linguistiques et même géographiques dans le choix des espaces régionaux.  Ce découpage ne répond pas à l’aspiration du peuple marocain qui réclame la mise en place de la regionalisation comme étape vers  une large autonomie des régions dans un état federal.
A l’issue des conclusions aux débat, à la fin de cette réunion, la fédération nationale des associations amazigh(FNA) tient à render publique l’ensemble de ces conclusions:
Nous dénoncons  la politique de l’état Marocain qui continue à réduire l’espace publique devant  les défenseurs des droit amazigh.
Nous  exigons la reconnaissance réelle et entière de l’amazighité dans la constitution sans aucune segregation et dans tous les secteurs de la vie publique.
Réaffirmons notre attachement à instaurer  la généralisation de la langue Tamazight et son obligation à tous les niveaux de l’enseignement au Maroc.
La célébration du jour de l’an amazigh comme fete nationale, et institutionnalisation du  13 janvier de chaque année comme journée feriée payee, pour tous les secteurs d’activité publique.
Rejetons le caractère partial des decisions prise sur des bases idéologiques ou d’opinion quand il s’agit de réduire la peine ou de liberer des prisonniers politiques et d’opinion.
Nous réaffirmons notre demande de liberer les prisonniers politiques de la cause amazigh, Hamid Ouaadoch et Mustapha Oussaya, qui sont détenus injustement depuis mai 2007 à Meknes, ainsi que tous les détenus politiques qui croupissent dans les prisons Marocaines.
Nous appelons à continuer l’effort de l’unification  des forces du mouvement amazigh dans le but de renforcer le dynamisme actuel  et pour combattre sans cesse toute tendance connue pour son posisionnement idéologique  opposé à la realization pleine et entire des droits des amazigh.
Notre solidarité avec les victimes dépossedés de leurs terres et soumises à l’exode forceé,de leurs regions.
Nous considérons l’approche de l’état dans l’affaire des terres collectives démunie de toute légitimité: Priver les populations de leur terres ancestrales constitue une atteinte flagrante au droits du peuple amazigh . C’est un acte qui s’oppose au droits coutumier amazigh, et aux principles fondamentaux  universels des Droits de l’Homme.
Nous réclamons la remise en forme général du système inéducation et de l’enseignement en vue de conformer les contenus d’enseignement aux valeurs qui rattachent le maroc à ses raciness africaines profondes et son ouverture sur les valeurs universelles de démocratie de laicité et de modernité.
Nous refusons une privatisation qui imposer l’inégalité des chances dans les services de l’ensegnement et de la santé, comme dans d’autres domaines. En cherchant aisi à instituer de fait, une situation  qui réserve pour les pauvres un systeme basé sur un ensegnement arabisé  et sans débouchées au coté d’un autre enseignement en français et en anglais pour les riches priviligiés.
Nous rejetons avec force les attaques de toutes natures perpétrées par l’état contre les défenseurs des Droits de l’Homme au amroc.
Nous rejetons la politique du gouvernement concernant le le projet de loi relatif à la regionaliation et demandons l’instauration d’un systeme féderal qui laisse une large autonomie dans la gestion des affaires régionales et locales tout en gardant le champs d’action ouvert devant les competences locales au lieu de continuer le monopole des postes de résposabilité au profits d’un ensemble de familles connues.
Nous mettons en garde tous nos concitoyens  vis à vis d’un discours largement diffusé par la volonté d’une idéologie ségrégasiniste qui voudrait sous de faux pretexts se maintenir en nous créant des distentions irrationnelles avec nos frères  et voisins des pays d’afrique ,voulant de cette manière maintenir une situation d’instabilité qui leur proffitent.
Nous réitérons notre demande au gouvernement du Maroc de se retirer de l’organisation de la ligue arabe dont il est membre et d’assurer son independence entière du moyen orient et du golf persique en tout ce qui relève des orientations stratégiques et des decisions politiques générales de l’etat.
Il est temps pour le gouvernement de revoir la politique étrangère qu’il mène au nom du peuple et pour son interet. Les relations étrangères doivent etre conçues selon les interest supremes du peuple Marocian dans sa diversité.
Il est temps de reconnaitre que le Maroc par son histoire et par sa géographie, Carrefour de civilisations, et trait d’union entre l’Afrique et la Meditérannée ,voisin  de l’europe et ouvert sur l’Amerique du nord par l’ocean; Le peuple marocain, ne peut admettre infiniment une politique qui cherche à réduire son identité multi millinnaire à la seule dimention arabe et islamique . Cette politique arabo islamiste introduite depuis Presque un siècle par “le mouvement national” s’oppose et nuit aux interets de la nation.
Nous tenons à exprimer notre rejet de l’intervention continue de l’état français dans les politiques menées par les gouvernements des pays de l’afrique du Nord et du sahel sans respect de l’environnement naturel ni des interet des peuples de la region. Nous appelons les forces vives du peuple français, à denouncer vigoureusement l”attitude new colloniale que mènent les gouvernements successifs de france dans leurs relations avec les tenants du pouvoirs en Afrique du nord eu au Sahel.
Appelons le gouvernement Algerien à cesser de laisser commetres des crimes collectifs par des milices soutenus contre la population amazigh du M’zab.
Appelons Les gouvernements  en Tunisie et en libye à reconnaitre dans leurs constitutions l’amazighité de leurs états réspectifs en reconnaissant ainsi les longues luttes des populations amazigh autochtones pour l’indépendance de leurs pays.
Nous sommes solidaires avec les imazighen en Algérie , en Tunisie , en Lybie et dans L’Azawad, et soutenons leurs combats contre les forces opposeés à la reconnaissance de l’amazighité de ces pays.
Nous appelons les différentes composantes du movement amazigh à plus de rapprochement et de solidarité sur les revendications communes en dehors de toute  influence de parties  à buts opposes à l’amazighité

Fait A Bouzniqa le 15 novembre 2014
la Fédération nationale des associations amazigh