Plate-forme de la journée d’étude consacrée aux parcours de la pratique conventionnelle au Maroc,  sous l’emblème :

« La situation de Tamazight  au Maroc à la lumière des recommandations des comités des pactes internationaux des droits de L’Homme : Parcours et bilan»

 

Le contexte général ; national et international

La fédération Nationale des Associations Amazighes a organisé, depuis sa constitution, début 2013, aux quatre coins du Maroc, une série de conférences et de rencontres, qui ont permis de créer un espace d’interaction entre les participants axé sur les diverses dimensions (répercussions) de l’action et de la lutte des activistes (hommes et femmes) dans le cadre de l’amazighité et ainsi de les mobiliser à la question du droit à l’égalité, à la dignité, à la citoyenneté intégrale et à l’éradication de toute forme de discrimination dont ont pâti et en font  encore l’objet, la langue, la culture, l’identité et la civilisation amazighes, en ayant recours à toutes les formes de lutte légitimes et à tous les moyens pacifiques permis.

Dans ce cadre, la Fédération a observé l’orientation de nombreuses organisations civiles vers l’exploitation du front de la praxis conventionnelle en matière des droits de l’Homme dans l’objectif de faire connaitre les revendications des Amazighs et d’en assurer la défense, en présentant des rapports parallèles et en mettant à profit les dispositifs adoptés par les comités constitués conformément aux traités internationaux des droits de l’Homme, sachant que le Maroc a ratifié, dès 1979, les deux pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques ainsi qu’aux droits économiques, sociaux et culturels et surtout par ce que depuis le Maroc n’a cessé d’avancer dans le processus de son adhésion progressive dans le système universel des droits de l’Homme, à travers la ratification de plusieurs conventions et pactes internationaux des droits de l’Homme, en sus des protocoles facultatifs qui leur sont annexés, en s’engageant, comme postulé dans ces conventions à présenter des rapports périodiques devant les comités des traités institués conformément à ces pactes fondamentaux des droits de l’Homme.

Au su de tous, les Comités des droits des traités se chargent de surveiller le degré de fidélité des Etats parties à leurs engagements, tels que stipulés dans tel ou tel pacte, à travers l’examen des rapports censés être présentés par les Etats parties et la formulation de suggestions et de recommandations sur la mise en œuvre de tel ou tel pacte, sous forme d' »observations générales », pour ainsi aider les Etats parties à tenir à leurs engagements et à assurer les assises nécessaires à l’élaboration de politiques claires, à même d’assurer la mise-en-œuvre des droits en question, chose qui devrait faciliter l’examen général des politiques gouvernementales concernés et une évaluation efficace des progrès accomplis dans la mise en œuvre de ces droits.

SAM_8684

Organisation d’une journée d’étude dans la perspective de renouveler  la dynamique et d’assurer sa continuité pour la consolidation de la diversité culturelle, linguistique et culturelle, au Maroc

 

Dans ce contexte, la Fédération Nationale des Associations Amazighes a œuvré dans le sens d’assurer la continuité de sa dynamique de soutien à la démocratie et à la diversité linguistique et culturelle, au Maroc, et ceci à travers l’organisation d’une journée d’étude sous l’emblème : « L’amazighité et les recommandations des comités des traités internationaux des droits de l’Homme : parcours et bilan». Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre des activités du projet : « Drama, diversité et développement » dont l’objectif est d’exploiter toutes les mesures prises pour la protection de la diversité culturelle et linguistique, d’un côté et, de l’autre, pour garantir l’impact de la protection de ces droits sur le développement global du pays.  Pour atteindre cet objectif, la Fédération œuvrera pour la consolidation de la participation positive à la dynamisation des recommandations onusiennes, en mobilisant les activistes amazighs et des droits de l’Homme pour la mise en œuvre d’une nouvelle dynamique sociale à même de guider la communication et le débat avec les parties gouvernementales dans l’intention d’assurer la présence d’autant plus prégnante de l’amazighité dans les différents domaines de la vie publique.

La Fédération vise aussi, à travers cette journée d’étude : d’un côté, à mobiliser l’opinion publique, de l’autre à munir la dynamique amazighe et des droits de tous les atouts à même d’influer sur les centres de décision pour qu’ils protègent l’amazighité en tant que langue, que culture et qu’identité, en mettant à son avantage tous les cumuls acquis en matière de suivi et de mise en œuvre des recommandations onusiennes relatives aux droits de l’Homme. A ce propos, on peut signaler que le Comité onusien des Droits Economiques, Sociaux et Culturels (CESCR) a adressé au gouvernement marocain, à travers ses rapports au sujet de la situation des droits de l’Homme au Maroc, plusieurs recommandations relatives à l’amazighité, dont on peut citer :

  • L’adoption de mesures garantissant aux Amazighs de bénéficier entièrement de leurs droits inaliénables en vertu du Pacte, à travers des mesures temporaires et spéciales en cas de nécessité.
  • La mise-en-œuvre d’un système et d’un programme d’enseignement appropriés, en accordant la priorité à l’enseignement préscolaire et à l’alphabétisation en langue maternelle.
  • L’adoption et l’application d’une loi systématique pour la lutte contre la discrimination, interdisant systématiquement toute forme de discrimination, qu’elle soit directe ou indirecte, et permettant la mise-en-application des mesures spéciales et temporaires en faveur des groupes défavorisés ou marginalisés.
  • L’adoption, dans les plus brefs délais, du projet de loi organisationnelle relative à la langue amazighe en tant que l’une des langues officielles, le redoublement des efforts pour la mise-en-place d’un enseignement primaire, secondaire et universitaire dans cette langue ainsi que l’augmentation de la plage horaire qui lui est réservée dans la télévision… en prenant des mesures supplémentaires pour la défense de la diversité culturelle.
  • Le Comité a vivement souligné son inquiétude en ce qui concerne la situation des enfants marginalisés au Maroc, ainsi que le cas des groupes amazighs et de bien d’autres qui font l’objet d’expulsions forcées en raison de projets de développement.

     Dans la même perspective, le Comité de l’ONU  pour l’élimination de toute forme de discrimination, a sollicité le gouvernement marocain à :

  • Œuvrer pour le redoublement des efforts fournis par le gouvernement et qui visent le renforcement de la langue et la culture amazighes, y compris son enseignement, prendre les mesures nécessaires pour garantir la protection des Amazighs de toute forme de discrimination raciale et particulièrement en matière de services, d’emploi, de santé… accorder un intérêt particulier au développement des régions habitées par les Amazighs…

 SAM_8613   SAM_8614

L’amazighité à la lumière des recommandations des Comités des traités de l’ONU

 

Pour une approche systématique des recommandations de l’ONU, étant donné que cette approche est censée englober les différentes facettes (dimensions) de l’identité amazighe qu’elles soient linguistiques, culturelles, économiques, sociales ou en matière des droits, et pour mettre un terme aux comportements inducteurs de discrimination ou de marginalisation à l’encontre des Amazighs, la Fédération Nationale des Associations Amazighes a jugé opportun d’orienter cette journée d’étude, en programmant une série d’interventions qui vont traiter des thèmes qui vont constituer le cadre interactionnel des participant(e)s, durant la rencontre. Nous citons parmi ces interventions :

  1. L’amazighité et les recommandations des comités onusiens : parcours et bilan.
  2. Les recommandations des deux Comités : celui des droits économique, culturels et sociaux ainsi que celui de l’élimination de toute forme de discrimination, dans les nations unies dans le cadre de l’ONU.
  3. Surveiller les violations qui constituent autant de menaces aux droits économiques et sociaux des Amazighs: la confiscation et l’expropriation des terres, en tant qu’exemples.

Le programme de la journée comprendra, en outre, deux communications : La première, celle de la Délégation Ministérielle des Droits de l’Homme, au sujet des « rapports de l’Etat marocain parallèlement  aux rapports des Comités des traités des droits de l’Homme » et la deuxième, celle du Conseil National des Droits de l’Homme consacrée à « la mise en pratique des recommandations des Nations Unies par l’Etat ».

Toutefois, la finalité escomptée à travers l’organisation de cette journée est, essentiellement, de créer un espace de débat et d’interaction entre les participants afin de se faire une vision plus claire des défis liés à l’activation et à la mise-en-œuvre des recommandations des Comités des traités des droits de l’Homme, de faire le bilan des acquis et d’examiner les questions problématiques se rapportant au renforcement de l’amazighité dans différents espaces et institutions publics.

Nous comptons beaucoup sur les participant(e)s à cette journée qui vont à notre sens constituer, à travers le débat, une force de proposition positive, en élaborant un rapport systématique sur la situation de l’amazighité dans la vie publique, et en veillant à établir le plan d’action stratégique pour assurer le suivi des conclusions et recommandations de cette journée d’étude tout en constituant un comité de suivi.

soutien-1

NB : Les partenaires ne sont pas responsables du contenu de cette Plate forme